protection des biens culturels

 

La protection des biens culturels trouve sa raison d’être dans l’application des conventions de La Haye du 14 mai 1954 sous ses termes.

 

« Les Hautes Parties contractantes,

 

Constatant que les biens culturels ont subi de graves dommages au cours des derniers conflits et qu'ils sont, par suite du développement de la technique de la guerre, de plus en plus menacés de destruction;

 

Convaincues que les atteintes portées aux biens culturels, à quelque peuple qu'ils appartiennent, constituent des atteintes au patrimoine culturel de l'humanité entière, étant donné que chaque peuple apporte sa contribution à la culture mondiale;

 

 

Considérant que la conservation du patrimoine culturel présente une grande importance pour tous les peuples du monde et qu'il importe d'assurer à ce patrimoine une protection internationale;

 

Guidées par les principes concernant la protection des biens culturels en cas de conflit armé établis dans les Conventions de La Haye de 1899 et de 1907 et dans le Pacte de Washington du 15 avril 1935;

 

Considérant que, pour être efficace, la protection de ces biens doit être organisée dès le temps de paix par des mesures tant nationales qu'internationales;

 

Résolues à prendre toutes les dispositions possibles pour protéger les biens culturels »

 

Dans la pratique, la PBC d’Yverdon-les-Bains fournit aide et assistance aux institutions qui ont pour but de protéger et promouvoir la culture aussi bien régional que national.

 

Elle fournit mains d’œuvre et abris lors de catastrophes, incendie ou inondations.

 

Elle favorise lorsqu’elle le peut la prise de conscience du publique pour la richesse de son patrimoine.